Bellenaves - Eglise Saint Martin (03)

(cliquer sur une image pour revenir en haut de la page)
























L’église Saint Martin de Bellenaves est représentative des édifices qui ont connu d’importants ajouts au cours du temps leur donnant parfois une allure assez insolite. Saint Martin comporte un chevet très développé mais plutôt hétérogène, un grand transept auquel est accolé une nef de dimensions plus modestes dont les collatéraux sont si étroits qu’il est difficile d’y circuler. La croisée du transept, de plan carré, est surmontée d’un clocher octogonal. La façade comporte un superbe tympan. Ainsi l’extérieur ne présente d’intérêt que par la façade et le clocher, le reste ayant été défiguré par les différents ajouts.

De la précédente église romane (fin XIème – début XIIème) il ne subsiste que les murs gouttereaux de la nef qui était couverte d’une charpente.

Au milieu du XIIème siècle fut entrepris la construction d’un chœur et d’un transept préfigurant un édifice de plus grande dimension que l’église du XIème siècle. Le chevet comporte une abside semicirculaire voûtée en cul de four précédée d’une travée droite voûté en berceau brisé et encadrée de deux absidioles voûtée aussi en cul de four.

Deux chapelle orientée s’ouvraient sur les extrémités des bras du transept. Elles figurent en pointillé sur le plan car elles ont été remplacées aux XIV et XVème siècle par des chapelles rectangulaires voûtées en ogive. Ces chapelles semblent écraser les absidioles voisines et dénaturent l’équilibre des volumes initiaux.

A l’intérieur, vers l’ouest, l’ouverture du carré du transept étant moins large que la nef, un passage fut ménagé entre la pile qui supporte l’arc doubleau du carré et le mur de la nef. Ce type de passage s’appelle « passage bérrichon » car cette disposition fut largement pratiquée dans le Berry.

Le voûtement en ogive avec oculus central du carré du transept date du début du XIIIème siècle.


A la fin du XIIème siècle, après la construction du chœur et du transept, il fut décidé de voûter la nef qui était couverte d’une charpente. Peut-être y avait il un projet initial de construire une nouvelle nef mais, faute de finances suffisantes, il fut décidé de réaménager la nef existante. Ce type de situation où la reconstruction d’une église commençait par le chœur et le transept puis le projet était soit diminué soit abandonné était fréquente. Nombreux sont les édifices où un chœur et un transept sont d’une architecture très différente de la nef restée plus ancienne ou plus modeste.

La nef du XIème siècle étant couverte d’une charpente était large de 8,50 mètres, largeur trop grande pour construire une voûte en berceau de cette portée compte tenu d’une part de la résistance des murs et d’autre part de la technologie d’alors. Deux séries d’arcades furent érigées à environ d’un mètre des murs, délimitant ainsi de faux collatéraux très étroits couverts en demi-berceaux et une nef moins large couverte d’une voûte en berceau. Ainsi l’église au premier abord semble faite d’une nef bordée de bas-côtés alors que c’est le résultat de lourds aménagement d’une nef initiale sans bas-côtés.

A l’intérieur de la nef quatre colonnes engagées s’élèvent jusqu’à la base de la voûte mais leurs chapiteaux ne supportent rien. Deux hypothèses : 1) initialement la nef était prévue en berceau nervé et les colonnes devaient supporter les arcs doubleaux mais la nef a été finalement couverte d’un berceau continu. 2) A l’époque moderne la voûte et les doubleaux en pierre auraient été remplacés par un berceau en lattis et en plâtre.


Au XIXème siècle le bras sud du transept fut surélevé pour abriter l’horloge, prolongé par une sacristie et complété par une tourelle abritant l’escalier du clocher. Le proche qui abritait le tympan de la façade fut supprimé. La chapelle nord fut entièrement reconstruite.

 



Vue générale (source www.lamontagne.fr)


Le chevet hétérogène (source www.wikipedia.org)

                 
















                    




























    

    

     

                  










    

Passages bérrichons


    



Croisillon sud




Croisillon nord








                     


    



    
Absidiole nord