Bourges - Cathédrale Saint Etienne (18)

(cliquer sur une image pour revenir en haut de la page)
























La cathédrale gothique de Bourges a remplacé une cathédrale romane dont on ne sait pas grand-chose et dont le portail occidental a été réemployé aux portails nord et sud de la cathédrale actuelle. Elle a été édifiée en deux campagnes distinctes, l’une à la fin du XIIème siècle et au début du XIIIème siècle, l’autre dans la première moitié du XIIème siècle. Le projet avait une emprise au sol bien plus grande que l’ancien édifice roman (45 mètres de longueur contre 125 mètres pour la cathédrale gothique).


La dénivellation du terrain de près de huit mètres à l’ouest nécessitait la construction d’une structure de soutien pour supporter le futur chœur. Cette église basse, improprement appelée église souterraine ou crypte alors qu’elle est inondée de lumière, a été édifiée aux alentours de 1195 / 1200. La structure adoptée par l’architecte est remarquable. Comme à Notre Dame de Paris il a démultiplié le nombre de piles de l’intérieur vers l’extérieur de l’abside afin d’aménager des voûtains triangulaires pour le couvrement, plus faciles à réaliser et offrant cette perspective aérée qui augment la sensation d’espace.

Le chœur, situé au dessus, constitué d’une abside semicirculaire et de cinq travées droites a été achevé vers 1214.

La nef de 8 travées est dans le prolongement du chœur sans transept. Sa construction débuta en 1225 après une interruption des travaux de près de dix ans, pour s’achever vers 1250 avec l’achèvement de la façade occidentale.

Les travées 3 à 8 de la nef et 1 à 4 du chœur sont couvertes de voûtes  sexpartites. Ici à Bourges la différence entre la taille des piliers forts et des piliers faibles est assez peu marquée (1,60 m. contre 1,40 m.).

Les porches au sud et au nord réutilisent le décor sculpté des portails occidentaux de la précédente cathédrale romane.


La façade occidentale eut à faire face à de notoires incidents techniques. La tour sud, érigée au XIIIème siècle, s’est avérée fragilisée par des fondations instables. Un pilier-boutant fut ajouté entre 1260 et 1280 pour contrebuter le déséquilibre. Une salle fut construite au dessus du pilier au XIVème siècle ce qui donne cette curieuse structure peu en harmonie avec le reste de la façade.

En 1390 la façade fut modifiée avec la réalisation des deux immenses baies et la rose.

La tour nord du XIIIème siècle, elle aussi fragile, s’effondra au XVIème siècle, en 1506, en endommageant un partie de la façade. Elle fut reconstruite dès 1508 en style gothique flamboyant malgré l’époque renaissance et complètement achevée en 1540. Le portail extérieur au nord de la façade fut entièrement reconstruit et le portail adjacent fortement corrigé.


La crypte abrite un musée lapidaire où sont exposés les fragments du jubé de la cathédrale démantelé en 1760.


La cathédrale Saint Etienne de Bourges est remarquable par ses dimensions qui la situent parmi les plus grandes cathédrales gothiques mais aussi par son élévation intérieure qui amplifie la sensation de grandeur. La nef et les travées droites du chœur sont accompagnées de deux collatéraux de chaque côté et l’abside d’un double déambulatoire. L’élévation est à trois niveaux, grandes arcades, triforium aveugle et fenêtres hautes. L’originalité vient du fait que le premier collatéral est plus de deux fois plus haut que le collatéral extérieur. Il a une élévation aussi à trois niveaux avec un triforium et des fenêtres hautes. Les grandes arcades hautes de 18 mètres ouvrent complètement sur ces « secondes nefs » de part et d’autre donnant une luminosité remarquable à l’ensemble. 


Nota : lors du reportage photographique en octobre 2013 la toiture du chœur était en travaux. Certaines photos souffrent donc de l’échafaudage qui ampute la perspective.

 



Vue générale (source www.collection-jfm.fr)


Vue générale (source www.survoldefrance.fr)

                 














Pilier boutant






Portail sud














Portail nord




















































    
La pile de la crypte supporte la chapelle absidiale du chœur



                 










































    









                     








































                   

Nef














Fragments du jubée








Crypte








                    





















Tracé au sol d’un gabarit pour un remplage de fenêtre






La Rotonde, salle précédant l’accès à la crypte romane


Structure moderne pour consolider le soutien du chœur dans la Rotonde

Crypte romane






Dimensions

Longueur extérieure : 125 m.

Longueur intérieure : 117 m.

Largeur intérieur (nef + collatéraux) : 41 m.

Largeur de la nef : 15 m.

Largeur des collatéraux : 6,5 m.

Hauteur sous voûtes nef : 38 m.

Hauteur sous voûtes premier collatéral : 21,30 m.

Hauteur sous voûtes deuxième collatéral : 9,10 m.

Hauteur des grandes arcades : 18 m.