Laon - Cathédrale Notre Dame (02)

(cliquer sur une image pour revenir en haut de la page)
























La cathédrale Notre Dame de Laon domine la ville haute médiévale et la campagne environnante. Sa silhouette est surprenante par son équilibre géométrique. Le chœur (10 travées) et la nef (11 travées) s’équilibrent autour d’un transept monumental dont les extrémité sont pourvues de deux tours et la croisée surmontée d’une imposante tour lanterne. La façade occidentale est  encadrée de deux hautes tours, d’abord carrées puis octogonales, où figurent des statues de bœufs qui semblent veiller sur la cité. L’origine de cette fantaisie, unique dans l’histoire de l’architecture religieuse médiévale, serait un hommage que les constructeurs de la fin du XIIème siècle auraient rendu à leurs prédécesseurs qui, en 1112, ont restauré la cathédrale romane gravement endommagée par un incendie lors d’une insurrection communale.

Ce remarquable édifice, qui semble l’aboutissement de la structure gothique à quatre niveaux avec tribunes, présente une étonnante homogénéité alors qu’il a été construit et reconstruit durant presque un siècle.

Voici son histoire résumée en quelques lignes.

La cathédrale gothique, que nous admirons aujourd’hui, remplaça une cathédrale romane érigée vers l’an mil et qui fut gravement endommagée par une révolte communale et restaurée au début du XIIème siècle vers 1112-1113.

1155 – 1170 : construction du chœur gothique à trois travées avec une abside semicirculaire, une élévation à quatre niveaux et des parties orientales du transept. Ce chœur primitif devait être achevé vers 1164 lorsque les reliques de Saint Béat y ont été transférées.

1170 – 1185 : le transept est achevé ainsi que la tour lanterne qui surmonte la croisée.

1185 – 1200 : achèvement de la nef avec la même élévation à quatre niveaux que celle du chœur. Elle comporte 11 travées dont 10 sont couvertes par des voûtes sexpartites.

1205 – 1220 : reconstruction du chœur. L’abside semicirculaire est remplacée par 7 travées supplémentaires qui respectent le style et l’ordonnancement des trois premières travées et se terminent par un chevet plat.

1238 : dédicace de la cathédrale.

1250 : des flèches viennent coiffer la tour sud et la tour sud-ouest. Elles seront détruites par les intempéries et les assauts révolutionnaires.

Fin XIIIème et début XIVèmesiècle : vingt sept chapelles latérales sont construites entre les contreforts de la nef et du chœur. La façade du transept sud est refaite pour respecter l’effet de mode : la rangée de simples fenêtres surmontée d’une rose est remplacée par une grande baie flamboyante à six lancettes. Cette transformation initialisée au transept nord a été abandonnée pour ne pas compromettre l’équilibre de l’édifice malgré l’épaississement des contreforts pour épauler l’équilibre de la tour qui aurait été affaibli par l’ouverture de la baie.

XVI et XVIIème siècles : les chapelles latérales de la nef et du chœur sont dotées de clôtures renaissances.

XIXème siècle : de très importantes restaurations sont engagées, sous la direction de l’architecte Boeswillwald, pour sauver l’édifice qui menace de s’effondrer.

 



Vue générale (source www.survoldefrance.fr)


Vue générale (source www.flickr.fr.)

                    
    




























    





















    













    
Transept nord                                                                                            Transept sud




Au nord amorce d’une grande baie qui devait remplacer la rose, comme au sud













    

    

                   
























    



    























                  





Vers le chœur


Vue du chœur









Transept sud












    
Tribunes et vers la chapelle orientée du bras sud







Transept nord











Tribunes et vers la chapelle orientée du bras nord




Amorce de la grande baie qui devait remplacer la rose, comme dans le transept sud


                        




















                      

Vitraux du chœur


 










Détails de la rose du transept nord













































                       

De  2001 à 2007, une cinquantaine de détenus des maisons d’arrêt du Val d’Oise, de Poissy et de Saint Martin de Ré réunis par le Père Dominique Frigaux, aumônier de la prison, entreprirent la réalisation de la maquette de cathédrale de Laon à l’échelle 1/75.

En partant des plans réalisés par l’architecte Boeswildwald pour la restauration de la cathédrale au XIXème siècle, ces hommes qui ne connaissaient pas l’architecture médiévale sont restés fidèles à la réalité physique de l’édifice en forgeant leurs propres outils qui leur ont permis la réalisation de cette maquette qui est maintenant exposée à la Cité de l’Architecture à Paris.

























Dimensions

Longueur extérieure : 110 m.

Longueur du transept : 54 m.

Largeur du transept : 22 m.

Largeur de la nef : 30 m.

Hauteur sous voûtes de la nef : 24 m.

Hauteur de la tour nord : 60 m.

Hauteur de la tour sud : 56m.

Hauteur de la tour lanterne : 40m.