Le Mans - Cathédrale Saint Julien (72)

(cliquer sur une image pour revenir en haut de la page)
























Voilà un bel exemple d’un édifice qui s’est agrandi au cours des siècles en incorporant au fur et à mesure les nouvelles techniques et technologies ainsi que les modes successives, du roman au gothique. Le manque d’homogénéité de l’édifice qui en résulte en rend la lecture difficile tant à l’extérieur qu’à l’intérieur. De même la chronologie de la construction telle que relatée par les historiens reste confuse. Je m’appuierai privipalement sur les recherches de Philippe Gavet pour en tracer la synthèse.


Plusieurs églises dont il ne reste aucune trace se sont succédées sur le site depuis la fin du Vème siècle jusqu’à la cathédrale romane du Xème siècle qui s’est effondrée. La reconstruction débute en 1070 selon un vaste plan qui subsiste jusqu’à aujourd’hui pour la nef et le transept. Le chœur gothique, démesuré par rapport à la nef, fut reconstruit au XIIIème siècle.


XIème siècle : lors de l’effondrement de l’édifice en 1070 la précédente nef ne fut que partiellement détruite et rapidement restaurée de 1070 à 1075 pour rétablir l’exercice du culte. La nef restaurée conserve le plan de la nef précédente, très vaste pour l’époque avec 57 mètres de long, un vaisseau central de 12 mètres de large et deux bas-côtés de 6 mètres de large, le tout couvert de charpentes, plafond à 10,50 mètres de haut dans les bas-côtés et 20 mètres dans la nef. (schéma 1 ci-dessous d’après Philippe Gavet). 

Les textes évoquent le programme de reconstruction de l’église romane avec un chevet muni d’un déambulatoire voûté en arçete et un transept avec deux tours, mais peu de traces existent. L’historien Pjilippe Gavet a formulé deux hypothèses en références aux églises similaires de cette époque, qui sont représentées dans le schéma ci-dessous à droite.

     
 

XIIème siècle : la nef et ses bas-côtés qui étaient couverts par une charpente vont être l’objet d’importants travaux d’embellissement. De 1110 à 1120 les bas côtés sont voûtés en arête. Puis de 1140 à 1160 les murs de la nef sont réhaussés pour recevoir des voûtes en ogive, la trop grande largeur (12m) ne permettant pas de poser des voûtes d’arêtes. De nouvelles fenêtres hautes sont disposées côte à côte pour pouvoir s’intégrer dans les formerets des voûtes. Les colonnes supportant les arcs doubleaux et les ogives sont renforcées. Les colonnes d’origine subsistent de 2 en 2 . Le transept est lui aussi voûté en ogives. Le chœur de la fin du XIème siècle demeure inchangé.

Le porche au dessus du portail méridional qui donne accès au collatéral sud aurait été érigé après la dédicace de la nef rénovée en 1158.

XIIIème siècle : la reconstruction d’un chœur gothique majestueux commence en 1217. Le schéma retenu s’inspire de la cathédrale de Bourges avec un chevet majestueux à double déambulatoire. Comme souvent dans de tels projets, les dimensions du nouveau chœur permettaient d’envelopper le chœur roman qui est resté au service du culte pendant le début des travaux jusqu’à sa démolition en 1234 / 1236. Le chœur gothique fut achevé en 1254.

La sacristie, dont les cinq voûtes sont soutenues par un pilier central, a été ajoutée à l’extrémité sud de la dernière travée droite du chœur vers la fin du XIIème siècle après 1260, tout comme le porche situé au sud de la nef.

Le plan de l’édifice à l’achèvement des travaux en 1254 était alors le suivant :


XIV et XVème siècles : entre 1310 et 1430 le transept est repris tout en conservant le plan d’origine du XIIème siècle (52m. X 10m.). L’ensemble est réhaussé de 10 mètres pour être en harmonie avec le chœur, les voûtes sont refaites et les fenêtres hautes aux immenses remplages sont installées.

Vers 1420 des arcs boutants sont installés pour consolider le nef fragilisée par les poussées des voûtes du XIIème siècle.

La tour sud, à l’extrémité du croisillon du transept, dont la partie inférieure est romane a été reconstruite durant ces deux siècles.


Voici dans le plan ci-dessous la récapitulation de l’enchaînement des différentes étapes qui rendent si difficiles la compréhension de l’édifice


 

XVIème siècle : le grand orgue situé au fond du transept sud, position inhabituelle, a été installé entre 1529 et 1535.

L’église a subi de lourdes dégradations en 1562 lors des guerres de religions.

XIXème siècle : classée aux Monuments Historiques en 1862, elle a fait l’objet de restaurations malheureuses des murs extérieurs des bas-côtés vers 1882. La pierraille du XIème siècle a été remplacée par une maçonnerie régulière en petites pierres.




Vue générale (source www.pinterest.f)


Vue générale (source www.lemans.maville.com)


Vue générale (source www.ouest-france.fr)



Vue insolite de la face ouest du transept (source www.ouest-france.fr)


              


























































                






























































               






























                  
























































































Sacristie













Dimensions

Longueur totale extérieure : 134 m.


Longueur nef : 57 m.

Largeur nef centrale : 12 m.

Hauteur sous voûtes : 24 m.

Largeur bas-côtés : 6 m.


Longueur transept : 52 m.

Largeur transept : 10 m.

Hauteur sous voûtes : 34 m.


Longueur chœur : ~30 m.

Hauteur sous voûtes : 34 m.

Hauteur déambulatoire intérieur : 22 m.

Hauteur déambulatoire extérieur : 11 m.


Hauteur tour sud : 64 m.