Rampillon - Eglise Saint Eliphe (77)

(cliquer sur une image pour revenir en haut de la page)
























En l’absence de documents d’archive concernant la construction, les historiens en sont réduits à formuler des hypothèses basées sur l’observation de la pierre et consolidées par quelques faits historiques.

La tour médiévale circulaire située au nord-ouest, dite « Tour aux miches », existait bien avant la construction de l’église actuelle, elle fut intégrée dans le plan, contraignant l’architecte à accepter une dissymétrie de la façade occidentale. 

Bien qu’on en ait aucune certitude, aucune fouille n’ayant été entreprise, il semblerait que l’église actuelle ait remplacé un édifice précédent dont il reste quelques vestiges.

La construction de l’église actuelle aurait commencé par le chevet dans la première moitié, voire le premier quart, du XIIIème siècle. La base du chevet est hémisphérique puis devient polygonale au-delà de quelques mètres. Le passage du plan circulaire au plan octogonal se fait, à l’intérieur, par des arcs de décharge. Cette disposition, sans justification sur l’aspect structurel, accrédite l’hypothèse que la base appartiendrait à une église antérieure.

La nef a été construite postérieurement au chœur, en deux campagnes. Les deux travées proches du chœur sont différentes des six autres travées : les fenêtres des collatéraux ainsi que les fenêtres hautes sont différentes de celles des autres travées. Dans la troisième travée, dans le collatéral sud, les massifs en maçonnerie qui supportent le clocher ne sont pas du tout en harmonie avec l’ordonnancement du reste de la nef. Ils ont été des contraintes à respecter par l’architecte pour préserver le clocher, ou du moins sa base, de la précédente église.

Cette église est d’une remarquable homogénéité.

Les magnifiques sculptures du portail occidental, qui date de la fin du XIIIème siècle, ont été sauvées des agressions es guerres de religion car elles avaient été cachées dans le chœur. L’auvent en charpente qui les protège a été installé dans les années 1990. Des sondages ont montré qu’un porche protégeant les statues avait existé.


Le tympan représente le christ ressuscité entouré d’anges. Le linteau représente le jugement dernier mais, particularité de Rampillon, seuls les élus y figurent. Dans l’ébrasement du portail, les douze apôtres sont représentés dans des alcôves. En-dessous figurent des médaillons représentant les travaux quotidiens au cours des saisons. Certains personnages ont été bûchés lors des guerres de religion. Enfin, le personnage du trumeau serait Saint Éliphe.
 


              








    









    













                 















Deuxième campagne                                                                      Première campagne











    



                  
    











                


Portail occidental





















Le tailleur de vigne a été épargné par les Huguenots : hasard ou choix délibéré ?




















 

Dimensions

Longueur totale : 42 m.

Hauteur de la nef sous voûte : 14,20 m.