Saint Savin sur Gartempe - Abbatiale Saint Savin (86)

(cliquer sur une image pour revenir en haut de la page)
























La première abbaye Saint Savin à Saint Savin sur Gartempe, dans le département de la Vienne, a été fondée à la fin de l’empire de Charlemagne. L’église que nous voyons aujourd’hui est remarquable et mondialement connue pour ses peintures uniques tant par leur surfaces (près de 412 m2) et l’audace de leurs positions à une hauteur de 13 à 16 mètres au dessus du sol. Pour la plupart, ces peintures ont échappé par miracle aux outrages du temps et des hommes.

Cette notoriété fait parfois placer son architecture au second plan alors qu’elle est une des plus belle et plus pure église de l’art roman. L’église n’a pas été conçue et bâtie pour les peintures mais celles-ci viennent l’achever et la parfaire.

L’édifice a été bâti en trois campagnes différentes sur lesquelles les historiens s’accordent mais divergent sur leur chronologie délicate à dater. Je retiendrai ici celle de l’éminent historien Marcel Aubert.

La construction a débuté dans la deuxième moitié du XIème siècle à l’emplacement d’une précédente abbatiale carolingienne dont il ne subsiste aucun vestige.

1ère campagne 1060 - 1075 : le rez-de-chaussée de la tour porche et le transept.

2ème campagne 1075 – 1085/1095 : les trois premières travées de la nef, le chœur et les deux étages de la tour porche.

3ème campagne 1095 – 1115 : les six dernières travées de la nef. Selon l’historien Paul Deschamps les peintures de la nef ont été réalisées tout de suite après la construction et l’ensemble des peintures de l’église ont été réalisées dans un espace de temps très resserré au cours du XIème siècle.


Le clocher porche et les trois premières travées de la nef sont désaxés par rapport au chœur sans doute parce que les architectes ont utilisé des maçonneries anciennes et que l’ancienne nef carolingienne était encore présente pour assurer la continuité du culte.

La nef est couverte d’un berceau légèrement brisé, les trois premières travées sont scandées par des arcs doubleaux alors que les six travées suivantes sont couvertes d’un berceau continu. Les bas côtés sont couverts de voûtes d’arêtes réalisées en blocage et peintes pour donner l’illusion d’assises en pierres taillées.

Le carré du transept, surmonté d’un clocher, est couvert d’une voûte d’arête en blocage, peinte en assises en trompe l’œil. C’est un des rares cas le carré du transept n’est pas couvert par une coupole.


Au XIVème siècle une flèche gothique fur ajoutée au clocher-porche.

Au XVIème siècle, les guerres de religion (1562-1568) endommagèrent l’église. La charpente fut brûlée, les statures et l’orgue détruits. En 1580 les bâtiments abbatiaux furent détruits.

Au XVIIème siècle l’arrivée des bénédictins de la congrégation de Saint Maur, en 1640, sauva l’église de la ruine, comme dans de nombreuses autres situations à l’époque. Ils firent réparer le clocher et renforcèrent le mur du collatéral sud fragilisé par la disparition du cloître.


Avec la bienveillance de Prosper Mérimée l'église fut classée en 1836 aux Monuments Historiques. Les fresques, heureusement préservées par un affreux badigeon, furent dégagées de 1841 à 1852. Les peintures de la première travée ont disparu et celles des 2ème et 3ème travées sont mutilées.

Les colonnes de la nef, initialement peintes d’un ornement simulant les veines du marbre, furent refaites à partir de vestiges anciens. Les peintures qui décoraient le transept ont disparu et dans le chœur il ne reste que des figures de Saints peintes sur des piliers.

La flèche, partiellement endommagée par des orages, fut reconstruite en 1887.


La crypte et la salle située au dessus du porche, très étroite (7,3 mètres de long, 6 mètres de large pour 15 mètres de hauteur), sont également couvertes de peintures que je n’ai pu immortaliser lors de ma visite, n’ayant pas eu accès.



 


Vue générale (source www.aeroclubperigueux.com)


Vue générale (source www.aeroclubperigueux.com)


Vue générale (source www.aeroclubperigueux.com)


L’abbaye en 1688 (gravure du Monasticon Gallicanum)

                    


    














Raccordement entre les travées 3 et 4 (campagnes 2 et 3)























                   




















































    









                  














Croisillon nord



    

Croisillon sud










    






Sarcophage ancien. La petite ouverture laisse apercevoir des reliques

    


                        














    



























                      

Fresques de la nef
























Chapiteaux du chœur
















Piliers de la nef


















                       





Dimensions

Longueur totale de l’édifice : 74 m.

Longueur totale de l’église (sans le porche) : 66 m.

Longueur de la nef : 42 m.

Largeur totale : 17,70 m.

Largeur de la nef : 6 m.

Hauteur sous voûte de la nef : 16 m.

Les peintures couvrent le bas de la voûte (13 m.) jusqu’à son sommet (16 m.)

Largeur des bas-côtés : 4,40 m.

Longueur du transept : 31 m.

Largeur du transept : 6 m.

Longueur du chœur : 10 m.

Largeur du chœur : 6,6 m.

Largeur du déambulatoire : 1,80 m.