Saint Guilhem le Désert - Abbatiale Saint Guilhem (34)

(cliquer sur une image pour revenir en haut de la page)

























(Le manque de perspective compte tenu de la configuration des lieux à l’intérieur comme à l’extérieur, combinée avec la faible luminosité et la présence de pèlerins ont rendu les prises de vue délicates.)


Le comte de Toulouse, Guillaume (Guilhem en occitan), après d’illustres faits de guerre pour établir la paix dans la région, fonda dans la vallée de l’Hérault une annexe de l’abbaye d’Aniane qui deviendra la prestigieuse abbaye Saint Guilhem le Désert.

De l’église préromane du Xème siècle, détruite par un incendie dans la première moitié du XIème siècle, il ne subsiste que la crypte, découverte et dégagée en 1962, et la tour Saint Martin accolée au flanc sud-ouest de la nef.

L’édifice que nous voyons aujourd’hui date du XIème siècle. Spectaculaire et exemplaire par sa sobriété et la qualité de sa finition, elle est typique de l’architecture romane. Elle a été construit en trois campagnes.

1) Dans la deuxième moitié du XIème siècle, entre 1050 et 1065, la nef fut construite avec quatre travées et sans transept. Le chevet préroman rectangulaire fut conservé. Il avait deux étages : l’étage inférieur, appelé confession, où se trouvait le sarcophage du vénéré saint Guilhem, l’étage supérieur, le sanctuaire, où se trouvait l’autel dédié au Saint Sauveur pour célébrer le culte.

2) Dans la deuxième moitié du XIème siècle l’église fut agrandie : un transept fut aménagé en ajoutant de part et d’autre de la dernière travée de la nef deux croisillons comportant chacun une chapelle. Le chœur préroman fut remplacé par une grande abside, remarquable par ses dimensions disproportionnées (12 mètres de diamètre pour une largeur de la nef de 6 mètres), bâtie de plain-pied avec la nef. Elle est voûtée d’un immense cul de four aux assises d’une régularité parfaite, et précédée d’une courte travée voûtée en plein cintre avec, de part et d’autre, un accès aux absidioles du transept.

A l’extérieur la masse imposante de l’abside, flanquée de deux absidioles, produit un effet saisissant qui résulte de l’harmonie des proportions et des volumes cylindriques. Les éperons massifs qui épaulent l’abside ont été ajoutés à une époque ultérieure dans le prolongement des contreforts d’origine moins volumineux et sans doute plus esthétiques.

Voulant préserver le lieu qui abritait encore les reliques de saint Guilhem, l’architecte fut contraint d’adopter ce plan démesuré pour l’abside afin d’envelopper la confession et la transformer en crypte.

Les reliques du saint furent ensuite élevées dans l’abside afin que les pèlerins et les malades qui visitaient l’abbaye puissent y avoir accès. La crypte, devenant alors inutile, fut condamnée et ne fut découverte que lors des fouilles de 1962.

Le schéma ci-dessous, qui est plus une vue d’artiste qu’un coupe géométrique exacte, illustre cette évolution.

    


3) Dans la seconde moitié du XIIème siècle on bâtit le narthex, de style gothique primitif, pour servir de vestibule à l’église afin d’accueillir les pèlerins.

Au XVème siècle on aménagea dans chaque croisillons du transept une tribune supportée par une voûte d’ogive pour accueillir les moines infirmes ou malades afin d’agrandir la capacité d’accueil de l’église.

 


Les deux vues suivantes vous permettront de mieux visualiser l’organisation du transept et du chœur.


Vue  de dos                                                                Vue en coupe

  

Le cloître a été construit lors de la première campagne. Les galeries inférieures du cloître sont contemporaines de l’église de la premièremoitié du XIème siècle. Fin XIIème début XIIIème siècle une deuxième étage de galeries fut ajouté. Vendu à la Révolution et exploité commecarrière de pierres, il n’en subsiste que les galeries Nord et Ouest partiellement restaurées. Les galeries Sud et Est, aujourd’hui disparues avaient été rebâties et voûtées en ogive au XVème siècle. Le réfectoire, qui ferme le cloître à l’ouest, date du XIVème siècle  et a été voûté au XVIIIème siècle. Il abrite aujourd’hui le musée lapidaire.





Vue générale (www.visit-languedoc.fr)


Vue générale (www.herault-tourisme.com)


Vue générale (www.legrandmontpellier.fr)


Vue générale (www.grizette.com)


              












































































    

Reconstitution du cloître à deux étages



               

Narthex







    



Nef



















    







    

    


               
Vers le croisillon nord


Croisillon nord

    

    

    


Croisillon sud
    



                  
    
 

Dimensions

Longueur totale : 39 m.


Longueur de la nef : 23 m.

Largeur de la nef : 6 m.

Hauteur de la nef : 18 m.

Largeur des bas-côtés :

  Sud  : 2,50 m.

  Nord : 2,70m.

Longueur du transept : 27 m.

Largeur du transept : 5,20 m.

Longueur du narthex : 5,50 m.

Largeur du narthex : 5,20 m.