La Ferté Alais - Eglise Notre Dame de L'Assomption (91)

(cliquer sur une image pour revenir en haut de la page)
























L’église Notre Dame, telle que nous la voyons aujourd’hui, est le fruit du bâtiment initial édifié au XIème siècle et des importantes modifications apportée au XIIème siècle.

L’église initiale du XIème siècle avait à peu près le même plan et les mêmes dimensions que l’église actuelle. La nef, le transept et la travée droite du chœur étaient vraisemblablement couverts d’une charpente, compte tenu de la grande largeur de la nef, 9,80 mètres, et de la petite dimension des contreforts qui délimitaient quatre travées. L’abside devait être couverte en cul-de-four.


Dans le premier quart du XIIème siècle il fut décidé de couvrir l’église de voûtes d’ogive. La charpente démontée, les murs de la nef furent réhaussés et de puissants contreforts furent insérés dans les murs. Les anciennes fenêtres furent bouchées et des ouvertures plus grandes furent ménagées dans les murs.

Le remaniement du transept commença quelques années après la surélévation de la nef. Le raccordement du transept à la nef marque une rupture dans les travaux. Ainsi l’arc doubleau, l’ogive et l’arc formeret de la travée de la nef ne retombent pas sur une même colonne parce que le transept, plus bas, a conservé sa colonne d’origine trop basse pour épauler l’ogive et le formeret de la voûte de la nef surélevée. L’arc doubleau d’entrée au transept est surmonté d’une maçonnerie qui se raccorde au voûtain de la nef afin d’absorber la différence de hauteur. La fenêtre flamboyante du pignon du croisillon nord a été agrandie au XVIème siècle.

La travée droite et l’abside du chœur furent voûtées d’ogive sans être réhaussées. Pour accroître la luminosité on perça en dessous des anciennes ouvertures, qui furent raccourcies, de grandes fenêtres en arcs brisés. 

Les voûtes sont réalisées en blocage, procédé qui fut peu utilisé dans l’architecture ogivale car il ne permettait pas d’alléger la couverture et donc restait limité pour construire plus haut avec des portées plus grande.


Curieusement peu d’historiens de l’art se sont intéressés à cette église qui surprend pas le contraste entre le style extérieur roman et le style intérieur ogival très homogène dans tout l’édifice qui, fait rarissime, n’a subi ni dégradations, ni embellissements, ni ajouts depuis le XIIème siècle. Elle est aujourd’hui telle que nous l’ont laissée les Maîtres Maçons de l’époque.

Une très riche étude de Valentin de Courcel à été publiée dans le Bulletin Monumental de 1912.

Raymond Signe , chercheur indépendant1, a longuement étudié l’édifice et la constitution de ses voûtes d’ogive pour en déterminer le procédé de fabrication2 et montrer que cette église fait partie des premiers édifices gothiques précédant la construction du chœur de la cathédrale de Saint Denis.


(1) Raymond Signe a publié deux monographies en 2015 et 2016 accessibles auprès de l’Association pour la Sauvegarde de l’Église de La Ferté Alais (https://www.sauvegardeegliselfa.com)

(2) Ses travaux sont abordés dans les pages Voûte d’ogive et Technique de la voûte d'ogive de ce site   

 



Lithographie Anatole de Baudot (1867)



                   
   




Traces de l’ancienne fenêtre romane










   





















   


                                   

































                                                            Façade                                        Travée 1                                                             Travée 2                                                   Travée 3



                                                            Travée 1                                            Travée 2                                                                      Travée 3                                 Transept


Travée 1


Travée 2


Travée 3








                  






















Croisillon nord












Souche du clocher


   

Croisillon nord                                                                                                     Croisillon sud


Croisillon sud












                                    




























                     



















                      

1er étage : absidiole









2éme étage : horloge et accès au 3éme







Carré du transept













Dimensions


Longueur totale de l’édifice : 43 m.

Largeur du transept : 22 m.

Largeur de la nef : 9,80 m.

Hauteur sous voûtes de la nef : 12 m.