Semur en Brionnais - Collégiale Saint-Hilaire (71)

(cliquer sur une image pour revenir en haut de la page)
























La terre de Semur a appartenu à la même puissante famille seigneuriale de la fin du IXème siècle jusqu’au milieu du XIIIème siècle. Elle résidait dans un château fort édifié vers l’an mil et dont il subsiste quelques vestiges aujourd’hui.

Hugues, fils du seigneur Damas Ier, naquit au château en 1024 et fut placé en 1038, à l’âge de 14 ans, chez les moines de Cluny. Hugues de Semur fut nommé grand prieur de l’abbaye en 1048 et fut élu abbé en 1049. Son abbatiat de la prestigieuse abbaye de Cluny dura 60 ans. Il décéda en 1109 et fut proclamé saint le 6 janvier 1120.

Il ne connut pas l’église Saint Hilaire de Semur-en-Brionnais mais exerça, sans doute indirectement, une forte influence a posteriori sur l’architecte de cette église qui, comme nous le verrons, reprit les concepts développés pour l’église Cluny III qui représente l’apothéose de l’architecture religieuse romane mais qui, malheureusement, n’a pas échappée aux destructions sacrilèges du XIXème siècle pour enrichir l’appétit de quelques hommes d’affaires peu scrupuleux du patrimoine national.


Dans une première campagne, qui commença vers 1125 / 1130, on construisit le chevet et le transept. Cette première église remplaçait la chapelle castrale de la seigneurie de Semur.

Dans la deuxième moitié du XIIème siècle la nef fut construite et la façade ouest fut achevée vers 1180. La nef ne s’inscrit pas dans la continuité de l’édifice initial à deux niveaux (arcades et fenêtres hautes) mais adopte une élévation à trois niveaux avec un triforium. Ce changement de parti est visible à la jointure du transept et de la nef où l’on observe un décrochement dans le décor de perles qui orne le mur. La famille de Saumur voulait ainsi montrer sa puissance grandissante en édifiant une nef majestueuse.

 

Rupture du décor de perle illustrant le changement dans la construction

Le style de la nef est en rupture avec celui du chœur et du transept. Avec trois niveaux (arcades, triforium, fenêtres) il est fortement inspiré de la nef de Cluny III qui est le style plus abouti de l’architecture roman. On y retrouve l’influence de l’antiquité romaine avec les piles ornées d’un pilastre saillant canelé, comme à Saint-Lazare d’Autun.


     

Nef de Cluny III reconstituée et nef de Semur-en-Brionnais


Le carré du transept est surmonté d’un tambour octogone coiffé d’une coupole montée sur trompes qui donne l’allure d’une tour lanterne. Ce clocher fut bâti au début du XIIIème siècle. 

En 1274 l’église castrale devint église paroissiale, en remplacement de l’église  de Saint-Martin la Vallée devenue trop petite et fut élevée au rang de collégiale avec la création d’un chapitre de treize chanoines.


L’église fut pillée en 1364 pendant la guerre de cent-ans puis incendiée et ravagée en 1576 durant les guerres de religion. Les voûtes des trois travées occidentales s’effondrèrent et furent remplacées par un lambris.

La chapelle voûtée en berceau, située dans le prolongement du croisillon sud  du transept, fut ajoutée au XVème siècle.

En 1775 le chapitre de moines fut supprimé et en 1793 le culte fut interdit jusqu’en 1800.


Classée aux Monuments Historiques en 1862, l’édifice fut l’objet d’importantes restaurations. Le badigeon intérieur fut enlevé et les joints furent refaits tels qu’ils apparaissent aujourd'hui. Les baies furent ornées de vitraux peints. L’architecte Eugène Millet reconstruisit les voûtes de la nef à un niveau plus bas que celui d’origine. Elles empiètent sur l’occulus de la façade occidentale et les arcs doubleaux furent reconstruits en utilisant les sommiers de ceux du XIIème siècle. Il refit également le pignon et une partie du clocher.

Le triforium ouvrait initialement sur les combles des bas-côtés fut isolé à une époque indéterminée par une cloison.

L’église Saint-Hilaire est aussi remarquable par le revers de la façade occidentale où règne une galerie de circulation qui s’ouvre sur une petite tribune semi-circulaire soutenue par un énorme demi-cône renversé aux assises régulières.



Je vous suggère de visiter Le Site sur l’Art Roman en Bourgogne (www.bourgogneromane.com) qui est une véritable encyclopédie, un centre documentaire exhaustif proposant une incroyable richesse d’informations sur l’art roman en général et plus particulièrement sur son développement en Bourgogne.

Dans la page consacrée à la collégiale Saint-Hilaire vous  trouverez le contexte historique et culturel ainsi que la description détaillée de l’architecture et de la sculpture.






Vue générale (source www.chateau-semur-en-brionnais.fr)
 

Vue générale (source www.collection-jfm.fr)


Vue générale (source www.geneanet.fr)

                 






    













    





































    















                   










































                  






















                     




                   
























    



















    




 


Dimensions

Longueur totale : 37m.

Largeur : 16 m.